La France dans les médias russes - 11-17 avril 2022

La semaine écoulée, la France a été mentionnée dans les médias russes dans le cadre de l’élection présidentielle ainsi que dans le cadre de la guerre russo-ukrainienne, principalement s’agissant de la confrontation entre la Russie et l’Occident.

Dans le contexte des élections présidentielles, la couverture était informative, mais avec une préférence manifestée pour Marine Le Pen, exprimée de façon directe ou indirecte.

L’article publié par Gazeta SPb (735k visites mensuelles, dont 94.3% proviennent de la Russie) a repris les paroles de Marine Le Pen, qui a déclaré qu’elle « continue à considerer la Crimée comme russe ». Ou encore l’article publié par MK.ru (95.2 millions de visites, dont 84.92% provenant de la Russie) intitulé « Le Pen : La Commission européenne a échoué avec son projet d’organisation de l’Europe » critiquant l’Union européenne.

Alors que Polit.info (887k visites, dont 64.32% provenant de la Russie, 21.94% — du Kazakhstan, et 5.19% — du Bélarus) s’est focalisé sur Emmanuel Macron « manquant de soutient » chez les Français. Cet article intitulé « Les résidents de France ont admis qu’ils ne voulaient pas voir Macron à la tête du pays » a été publié le 16 avril 2022.

Un article d’opinion intitulé « La Russie attend trois mots principaux de Le Pen » publié par Vzglyad (76.1 mln de visites, dont 78.34% provenant de la Russie et 4.76% — de l’Ukraine) maintient que Le Pen n’est pas une candidate pro-russe, mais une candidate du « peuple profond » — la formulation qui a été évoquée en 2019 par Vladislav Sourkov par rapport au peuple russe. Cet article d’opinion résume que les trois mots principaux ne sont pas « je t’aime », mais « soyons égoïstes » (NB. en russe ce sont trois mots) et qu’un tel « mariage de convenance » peut devenir « vraiment fort ».

Quant à l’agenda international, l’article publié le 14 avril dernier par Krasnaïa Vesna (7.2 mln de visites mensuelles, dont 89.05% provenant de la Russie) a été titré « Macron a exhorté à ne pas propager le mot « génocide » lorsqu’on parle de l’Ukraine ». Vu les atrocités commises par l’armée russe en Ukraine, il n’est pas inattendu qu’une telle déclaration du président français ait vite été reprise par les médias russes afin d’appuyer la position officielle de Moscou.

D’autres articles visaient « l’inefficacité » des sanctions introduites par l’Occident à l’encontre de la Russie pour son invasion de l’Ukraine. Dans ce cadre, nous pouvons citer l’article intitulé « Les sanctions anti-russes : un coup précis « raté » » publié par Expert (7.4 mln de visites, dont 74.11% provenant de la Russie et 8.92% — du Bélarus). L’article a pour but d’expliquer aux lecteurs russophones que les sanctions ne sont pas efficaces et que les pays occidentaux en souffrent beaucoup plus que la Russie, même si cette opinion est facilement discutable en examinant les statistiques. L’article s’appuie sur les opinions sélectionnées, y compris celles exprimées dans des médias occidentaux, notamment par Alexandre del Valle dans Valeurs actuelles.

Les médias russes n’ont pas non plus abandonné la pratique de création d’articles basés sur les commentaires. Nous pouvons citer l’article intitulé « Les lecteurs du Figaro : l’interdiction des ressources énergétiques [provenant] de la Russie va « noyer » l’Europe » publié par Pravda (11.8 mln de visites, dont 50.15% provenant de la Russie, 8.10% — du Bélarus, 6.83% — des États-Unis, et 6.72% — de l’Ukraine) qui vise à mobiliser l’opinion publique russe et calmer la population en maintenant, comme dans le cas précédent, que la Russie ne risque pas de conséquences économiques importantes, tout en véhiculant le narratif général de « dépendance de l’Occident de la Russie ».

Il faut noter que les médias russes continuent à présenter la France comme un pays, bien que non pro-russe, toute fois sympathisant envers la Russie. Cette présentation va au-delà de l’espace informationnel russe et pénétrer l’opinion publique dans d’autres pays de la région, en amplifiant l’image négative de la France.

En outre, les médias russes ont évoqué le sauvetage de huit Colombiennes de l’esclavage sexuel en France, la nomination de Jacques Langlade de Montgros à la tête de la Direction du Renseignement militaire (DRM), l’accélération de l’inflation ou encore le gel de 41 objets de l’immobilier russe causé par les sanctions ou encore la pénurie de l’huile de tournesol.

La liste des médias russes examinés est disponible sur demande.