Le rapport d’Amnesty International repris par la propagande russe

Le 4 août dernier Amnesty International, l’organisation non gouvernementale internationale qui promeut la défense des droits de l’Homme, a publié le rapport intitulée « Ukraine. Les tactiques de combats ukrainiennes mettent en danger la population civile ». Ce rapport a suscité une vive discussion sur les réseaux sociaux, ainsi qu’une farouche critique en Ukraine et ailleurs, entrainant même la démission du chef du bureau de Kiev d’Amnesty International, Oksana Pokaltchouk.

Le rapport en question a accusé l’armée ukrainienne, entre autre, de mettre « en danger la population civile en établissant des bases et en utilisant des systèmes d’armement dans des zones résidentielles habitées ». Malgré les choses avancées dans le rapport, nous n’allons ni l’analyser, ni juger de l’utilité de sa publication dans les circonstances actuelles.

Info Ops France a observé comment ce rapport a été disséminé dans les médias russes et sur Twitter et il n’est pas étonnant que dès sa parution il a été repris par les médias et la propagande officielle russe, vu sa critique envers l’armée ukrainienne, l’armée qui défends son pays de l’invasion russe.

Les médias russes

Nous avons constaté, qu’au cours de la même journée du 4 août dernier - la date de parution du rapport - plusieurs médias ont publié des articles le citant. Il s’agit, notamment, mais pas seulement, de RT, Ria Novosti, MK, Izvestiya, TV Zvezda, Tsargrad etc.

La rédaction russe de RT a publié l’article intitulé « “Une menace pour la population civile” : Amnesty International a annoncé la violation des normes humanitaires par les Forces armées ukrainiennes ». La rédaction anglaise de cette même chaîne a publié quelques articles, dont le suivant : « Moscou réagit au rapport d’Amnesty sur l’utilisation par l’Ukraine de “boucliers humains” », or en aucun cas le rapport n’évoquait les « boucliers humains ».

À son tour, l’article suivant « Selon Amnesty, l’armée ukrainienne a mis en danger les civils en opérant depuis écoles et hôpitaux » a été publié sur le site de RT dédié au public français. Alors que l’édition allemande de RT a souligné la « violation du droit international de la guerre » dans l’article intitulé « Amnesty International. Kyiv viole le droit international de la guerre ».

Le quotidien russe MK (Moskovski Komsomolets) a déformé le rapport et a écrit qu’Amnesty International « a reconnu que l’armée ukrainienne fait la guerre comme des terroristes » et a suggéré que « l’Occident commence à se débarasser de l’Ukraine ». À son tour, Ria Novosti a publié l’article intitulé « Amnesty International a désigné l’armée ukrainienne comme une menace à la population civile », alors que Izvestiya a repris les commentaires de la porte-parole de la diplomatie russe.

Twitter

Nous avons également analysé le jeu de données recueilli sur Twitter, contenant 47622 tweets émis le 4 juillet 2022 (la date de parution du rapport) entre 10h00 et 22h55 avec le paramètre de recherche « Amnesty International ».

La majorité des tweets (35302) a été émise en langue anglaise, suivie par l’ukrainien (2243), le russe (1239), le français (852) et l’allemand (735).

Dans le top 10 des tweets ayant reçu le plus de réponses figurent les tweets émis par le compte officiel d'Amnesty International (@amnesty), la Secrétaire générale de cette ONG Agnes Callamard (@agnescallamard), le bloggeur ukrainien Serhii Sternenko (@sternenko), le compte français Mediavenir (@mediavenir), le compte ukrainien Old Fat Sage (@easternbear) ainsi que le compte officiel de l'Ambassade russe au Royaume-Uni (@russianembassy) - insistant que le rapport a confirmé « exactement ce que la Russie disais depuis le début ». Ces comptes ensemble ont généré 24664 réponses, 12901 retweets et 39203 likes.

Dans le segment francophone, nous avons pu distinguer Floriant Philippot (@f_philippot) avec son tweet appelant à arrêter « de leur envoyer armes et argent, car c’est pure folie ! » ayant été liké 857 fois, retweeté 478 fois tout en générant 119 réponses - le troisième compte le plus performant après Mediavenir (@mediavenir) et France Info (@franceinfo) en langue française émis le 4 août 2022. Son tweet, d’ailleurs, occupe 21ème place (toutes langues confondues) ayant reçu le plus de réponses.

Dans le segment russe de Twitter, le tweet le plus impactant a été émis par Yulia Latynina (@ylatynina), ayant généré 1749 likes, 208 retweets tout en recevant 112 réponses. Contrairement au segment français, son tweet a été très critique envers Amnesty International. Son compte a émis en une journée sept tweets en russe et en anglais critiquant Amnesty International, générant ensemble 392 réponses, 530 retweets et 4855 likes.

Concernant les hashtags, 43112 tweets n’en contenaient aucun, alors que les trois hashtags les plus utilisés étaient les suivant : #russiaisaterroriststate (365 fois), #amnestyinternational (273 fois) et #russiaisaterrorisstate (272 fois).

Il est à noter, qu’à partir du 6 août (les tweets ont été repérés a posteriori) le compte officiel de la Mission diplomatique russe à Genève (@mission_russian) a commencé à utiliser le rapport publié par Amnesty International afin de justifier les frappes sur l’infrastructure civile ukrainienne en essayant de les légitimer, malgré le fait que le rapport souligne qu’il « ne justifie en aucun cas les attaques menées sans discernement par les forces russes ».

En résumant, nous avons pu constater que le 4 août 2022, la majorité des tweets impactants en anglais, ukrainien et russe, ont critiqué plutôt Amnesty International que l’armée ukrainienne. Alors que la situation dans le segment francophone et germanophone est plus mitigée. Cependant, une étude approfondie est nécessaire afin de mesurer la dissémination de ce rapport, son utilisation par la propagande russe, ainsi que son impact, qui ne pourra se faire que dans la temporalité.